> > Musique enregistrée : les chiffres du marché > Archives > 2007

Les ventes à l'étranger
ANNEE 2006 : LES VENTES DE PHONOGRAMMES FRANCOPHONES A L’ETRANGER

ANNEE 2006 : LES VENTES DE PHONOGRAMMES FRANCOPHONES A L’ETRANGER
  En 2006, 27,6 millions de phonogrammes francophones ont été vendus à l’étranger contre 29,8 en 2005 (-7%)

La baisse des ventes de disques français à l’étranger initiée depuis 2003, se poursuit en 2006 mais de manière beaucoup plus modérée : 27,6 millions de copies ont été ainsi écoulées à l’international par les maisons de disques françaises, soit un recul de 7% (contre -19% en 2004 et -14% en 2005).

Ces chiffres concernent les ventes physiques d’albums, de compilations et de singles d’artistes produits en France et vendus à l’étranger (hors France et DOM TOM), mais n’incluent pas les ventes digitales qui restent encore marginales pour les Français à l’international en 2006. On atteint malheureusement à nouveau un triste record, même si cette baisse de 7% se rapproche du recul général du marché mondial annoncé par l’IFPI entre 2005 et 2006 (-5% en valeur). D’ailleurs si l’on compare l’évolution des ventes françaises à l’export par rapport à la tendance du marché mondial depuis 1999, on s’aperçoit que la part de marché des Français a même plutôt tendance à s’améliorer.

Enfin, n’oublions pas que l’international demeure une source de revenu vitale pour les maisons de disques françaises : avec 96,6 millions d’unités vendues sur le marché français en 2006, l’export constitue près de 29% des ventes françaises globales.



  Une hausse des ventes en 2006 en Asie au détriment de l’Europe et de l’Amérique du Nord

Venant confirmer la tendance initiée depuis 2002, on note en 2006 une forte érosion de l’Europe (-22%) et de l’Amérique du Nord (-28%) au profit de l’Asie, et notamment du Japon, où les ventes françaises ont doublé par rapport à 2005 et qui devient le second marché pour les productions françaises après le Benelux.
Ce phénomène s’explique par l’augmentation des ventes de nombreuses maisons de disques françaises au pays du soleil levant depuis quelques années, mais surtout par la mise sur le marché asiatique en 2006 de nombreuses compilations et comédies musicales françaises qui ont connu un grand succès.

En ce qui concerne l’Europe, le Benelux et la Suisse/Autriche restent les principaux marchés historiques, notamment pour les artistes de variété française.
L’Allemagne, après une année 2005 particulièrement faste pour les artistes français, retrouve en 2006 la part de marché de 2004 (7,5% des exportations françaises et second pays d’exportation non-francophone après le Japon).
Le Royaume-Uni reste un territoire difficile à pénétrer, avec seulement 5,9% des ventes de productions françaises à l’export, tandis que l’Italie, l’Espagne et le Portugal se maintiennent.

Les Etats-Unis connaissent le même phénomène que le marché allemand et retrouvent leur niveau de 2004 après une année 2005 à succès pour les artistes produits en France. Au vu des certifications 2007 et des très belles ventes de Feist en Amérique du Nord, nous pouvons d’ores et déjà parier sans prendre trop de risque que le marché américain connaîtra son heure de gloire l’an prochain !
Enfin, l’Amérique du Sud et l’Océanie, représenté principalement par l’Australie, se maintiennent en 2006 avec chacun 2,8% de part de marché.



 En 2007, un record de sorties et de concerts français à l’étranger

Parallèlement aux chiffres de ventes officiels communiqués avec une année de décalage, le Bureau Export, grâce à son réseau, comptabilise chaque année le nombre de sorties (licences & distributions), le nombre de concerts et l’exposition médiatique (presse, TV, radio, internet) des artistes produits en France.

Les résultats sont sans appel : malgré des ventes de disques moroses, les artistes français n’ont jamais été aussi présents à l’étranger. Le nombre de sorties de disques continue de progresser (plus de 1900 sorties répertoriées dans les pays avec un Bureau Export), tandis que le nombre de concerts n’a jamais été aussi élevé. En hausse depuis 2003, les chiffres explosent en 2007 avec une progression de près de 40% par rapport à 2006 : près de 7000 concerts d’artistes produits en France sont ainsi comptabilisés l’an dernier par le réseau du Bureau Export !